+34 941 18 18 18 Si vous le préferrez, vous pouvez aussi remplir le formulaire de contact et nous vous répondrons le plus tôt possible.

A propos du projet

L'industrie alimentaire (F&D) est le deuxième plus large secteur productif dans l'UE où plus de 95% de toutes les compagnies sont des PMEs

L’eau usée produite par ces industries sont caractérisées par des hautes concentrations en matière organique biodégradable.

Jusqu’à présent, les systèmes de traitement des eaux usées qui sont normalement utilisées dans ce type d’industrie sont des traitements aérobies qui ont un cout énergétique assez élevé du au besoin en oxygène du système. Comme alternative, les traitements anaérobies sont proposés, mais de nos jours, ces systèmes sont optimisés pour le traitement de vastes flux et ses hauts couts d’investissement pour la mise en marche sont seulement profitables pour les grandes installations, donc cette technologie est infaisable pour les PMEs du aux petites quantités d’eau usée qu’elle produit.

Pour cette raison, il est nécessaire de développer des réacteurs anaérobies économiquement abordables pour les PMEs alimentaires qui leur permettent de traiter son eau usée efficacement,

comme indiqué sur la Directive dans le Cadre de l’Eau de l’UE (2000/60/EC), et pour produir de l’énergie renouvelable par biogaz et ainsi contribuer à économiser les ressources naturelles, comme décrit lors de la Directive 2010/75 des Emissions Industrielles de l’UE, et réduisant ainsi les émissions en CO2.
Dans ce contexte, le projet LIFE Multi-AD 4 AgroSMEs parvient à fournir d’une solution abordable pour ce problème basé sur un design innovant d’un réacteur anaérobie breveté par AEMA. Ce réacteur a été spécialement développé pour ce type d’industrie et 
a été validé à travers d’un prototype de 100L avec des eaux usées d’une cave à vin. Les résultats obtenus montrent une capacité de réduction de DCO (Demande Chimique d’Oxygène) de l’eau usée de plus de 90% et une forte production de biogaz à haute qualité avec un contenu de 80% en méthane.
0
m3 de réacteur installé
0
kWh/kg DCO éliminée
0
kWh économisés par an
0
compagnies du consortium

Au niveau industriel et en prenant comme référence un réacteur de 100m3 installé sur une cave à vin, ce système sera capable de produire 1,55 kWh/kg de DCO éliminée et signifiquerait une économisation en énergie de 235 000 kWh l’année en comparant avec un système aérobie.

Objectifs

Le principal objectif du projet LIFE Multi-AD 4 AgroSMEs est de développer et industrialiser un système totalement automatisé pour le traitement des eaux usées produites par les petites et moyennes entreprises du secteur alimentaire (F&D). Cette technologie sera basée sur le design d’un réacteur multiphasique anaérobie à haut rendement breveté par AEMA et sa production sera personnalisée d’accord avec les besoins de chaque client.
Le projet LIFE Multi-AD 4 AgroSMEs réduira l’impact environnementale des PMEs alimentaires et les couts d’opération dérivés du traitement et gestion de ses déchets. En plus, d’accord avec la Directive du Cadre de l’Eau de l’Union Européenne (2000/60/EC) et les propos établis par EIP-Water seront promous, apportant aux PMEs alimentaires européennes d’une solution remarquable en ligne avec les objectifs globaux établis par la Stratégie Europe 2020.

Les objectifs spécifiques principaux du projet LIFE Multi-AD 4 AgroSMEs sont

Design et amplification

Design et amplification au niveau industriel (25-500m3) du nouveau réacteur anaérobie multiphasique partant du prototype breveté par AEMA (0,1 m3).

Automatisation du processus

Développement d’un nouveau système de contrôle et automatisation du processus pour maximiser la stabilité du traitement anaérobie contre des changements dans la composition des eaux usées ou conditions d’opération.

Conception du logiciel

Développement du logiciel de conception pour l’amplification de la technologie en accord avec les besoins de chaque client.

Construction

Construction du nouveau réacteur multiphasique avec capacité de 100m3 et validation du système dans une cave à vin espagnole.

Dissémination du projet

Dissémination des résultats du projet et identification de consommateurs finaux potentiels pour l’implémentation du nouveau système

Actions

B1. Analyse fluidodynamique

Modélisation et amplification du réacteur anaérobie multiphasique utilisant la Dynamique de Fluides Computationnelle (CFD).

B2. Contrôle du développement du système

Développement d’un nouveau système de contrôle avancé basé sur des règles logiques qui assurent la stabilité du système contre des changements de composition des eaux usées ou conditions d’opération.

B3. Nouveau réacteur multiphasique à échelle industrielle

Design et construction d’un nouveau réacteur multiphasique à échelle industrielle. Design et construction d’une unité de 100m3 basée sur les résultats obtenus dans les actions précédentes.

B4. Validation du système

Installation et validation du nouveau système dans la cave à vin espagnole. L’action sera complétée avec l’optimisation du design du traitement.

B5. Outil de design du réacteur anaérobie.

Développement du software pour concevoir et dimensionner le nouveau réacteur et le traitement des eaux usées d’accord avec les besoins de chaque client.

B6. Préparation du lancement au marché

Développement de notre stratégie de marketing, identification de consommateurs potentiels et développement d’un business plan détaillé.

C1. Monitorisation de l’impact des actions du projet

Contrôle régulier et monitorisé de l’accomplissement avec les indicateurs clé de performance (KPI) pour assurer la déviation minimale possible par rapport aux objectifs.

D1. Dissémination et communication

Développement des stratégies et activités de communication/dissémination des résultats et progrès du projet, ainsi que les outils recquis pour implémenter les deux.

E1. Gestion du Projet

Contrôle et monitorisation des activités administratives et couts du projet.

Résultats attendus

Le résultat principal du projet LIFE Multi-AD 4 AgroSMEs est l’industrialisation d’un réacteur anaérobie multiphasique innovant à haut rendement conçu spécifiquement pour son implémentation en PMEs du secteur alimentaire (F&D).
Le réacteur aura une capacité d’entre 25 et 500 m3 avec un temps de rétention de moins de 20h. Cette technologie assurera une réduction de plus de 90% de DCO et produira du biogaz à haute qualité, contenant au moins 80% de méthane, pour la production d’énergie renouvelable.
En comparaison à d’autres systèmes aérobies. Ce système réduira la consommation en énergie du traitement de 13% et de 57% le cout de gestion des boues pour une PME dans le secteur alimentaire (F&D).
Le nouveau système est présenté comme une solution économiquement viable pour PMEs pour accéder à ce type de technologie et traiter son eau usée de manière efficace, comme indiqué dans la Directive du Cadre de l’Eau de l’UE (2000/60/EC), et produir de l’énergie renouvelable du biogaz pour contribuer à l’économisation de ressources naturelles, comme décrit sur la Directive 2010/75 d’Emissions Industrielles de l’UE, et réduir les émissions de CO2.

Programme LIFE

Le programme LIFE est un instrument de financement de l’UE pour l’action sur l’environnement et le climat. L’objectif général du LIFE est de contribuer à l’implémentation, actualisation et développement de la législation européenne de l’environnement et climat en cofinançant des projets à valeur ajoutée européens.
LIFE commençat en 1992 et a eu quatre phases totales du programme (LIFE I:1992-1995, LIFE II: 1996-1999, LIFE III:2000-2006 et LIFE+:2007-2013). Durant cette période, LIFE a cofinancé 3954 projets tout au long de l’UE, contribuant aproximativement avec 3,1 billion d’€ à la protection de l’environnement.
La Commission Européenne (DG Environnement et DG Action Climat) gère le programme LIFE. La Commission a délégué l’implémentation de plusieurs composantes du programme LIFE à l’Agence Exécutive pour Petites et Moyennes Entreprises (EASME). Des équipes de sélection externe, monitorisation et communication fournissent en assistance à la Commission et EASME. La Banque d’Investissment Européenne gèrera les deux nouveaux instruments financiers (NCFF et PF4EE).